Tous les articles par admin7958

Edito de Septembre 2022

Edito de Septembre

Août en balade, en déconnexion, août à engranger des images et des mots, des sensations, des émotions et une chaleur pour tout l’hiver. Août à marcher et à lire, à penser, re-penser et projeter, initier, ré-initier, changer de paysages… Au décours, comme en sous-bois, l’idée s’est imposée d’incurver, à peine un peu !, la ligne de vie de l’association, la moduler, l’inventer encore, la compléter fidèlement à son esprit, la réfléchir au-delà, l’infléchir, emprunter des sentes et des rivières nouvelles avec leurs cailloux semés en gués à franchir…

Au bout de ses 5 années de vie, grâce à l’ensemble des rencontres, des lectures partagées et de la publication du recueil hommage, qui a marqué une étape importante, grâce à l’expérience des « rendez-vous de La Bastelle » et de celle de l’atelier « Passeurs de mots », l’association a grandi, une courbe s’amorce : l’envie d’élargir les chemins que nous parcourons ensemble, plus nombreux qu’au début, d’ouvrir les lignes de perspective, d’accueillir l’enrichissement qui s’est offert d’année en année.

Les évidences, qui se sont imposées au départ, se nuancent d’autres, à explorer. Les idées se complètent, une nouvelle étape se dessine (à vivre aussi intensément et simplement que la première !) :

L’écriture d’Anne Pierjean continuera de se transmettre tout en soutenant les liens avec d’autres écritures, peut-être d’autres arts … cette rentrée donne envie de souffler sur les mots pour les diffuser en éventail, mots panoramiques à partir d’un point de vue commun.

D’une écriture l’autre… D’une expression l’autre… Et l’envie de voir où cela nous mènera!

Transmettre nos lectures plurielles, les écritures aimées, rencontrées, s’appuyer sur nos actions-sœurs, partenaires, nos sensibilités croisées, aux mots et aux autres façons d’appréhender la beauté de la vie, en arts divers, expressions volatiles et prégnantes de ce qui nous touche…

Nous sommes devenus, en 5 ans, un collectif qui a poussé sur un terreau riche.
Laisser maturer ce qui pourra en émerger, y grandir. Le discuter, l’élaborer, le partager.

Nous avons abordé l’été avec des lectures projetées pour la rentrée, des dates à fixer au retour de vacances, la perspective du Forum des associations, le 3 septembre, la date du 21 septembre pour le prochain Rendez-vous de La Bastelle et celle du 14 pour la reprise de l’atelier de lecture à voix haute, Passeurs de mots, qui, lui aussi, a projeté de s’ouvrir et de grandir, avec ses propres projets.

Septembre va préciser toutes ces sentes à explorer, développer, affirmer… « Ensemencement, en semant, semant » … la vie se renouvelle, se fertilise, à chaque pas, transmise et imprévisible à la fois.

Nous allons nous retrouver, discuter, et proposer aux mois qui viennent d’enchaîner et broder sur les idées de cette rentrée !

Rendez-vous le 3 septembre au Forum des Associations à Crest : de 10 à 17 H !

Edito de Juillet 2022

Edito de Juillet

 

Juin nous a permis quelques belles lectures et rencontres dans les bibliothèques de St Avit, Eurre et Allex.
 

 
Les lectures de présentation du recueil ont séduit de nouveaux lecteurs, et favorisé les retrouvailles avec certains anciens, fidèles à se manifester. Ces villages ont connu Anne Pierjean, enfant, puis l’institutrice, qu’elle a été, et l’auteure installée à Crest.  L’émotion et la convivialité ont été aux rendez-vous. Les souvenirs s’égrènent avec tendresse, chaque fois, à l’évocation des histoires qu’elle racontait en classe, dont certaines ont la mémoire claire, et des dédicaces qu’elle faisait à la Librairie-papeterie Chalamel, rappelées avec émotion. La même ferveur me surprend chaque fois dans les yeux de ceux qui se souviennent et me parlent, avec leurs  regards d’enfants retrouvés…
 
Nous avons par ailleurs inauguré les lectures d’un conte « Des yeux bleu barbeau » (ou l’histoire de Céline de Bise) : De belles réactions des auditeurs, touchés par la poésie de l’écriture et une histoire brève où se profilent en perspective les thèmes chers à Anne Pierjean, filiation, transmission, tendresse, magie des fins qui ramènent chaque récit à la séduction d’un conte.
 
Céline est la grande sœur de « Jean de Bise », dont les aventures ont fait l’objet du dernier livre jeunesse publié par l’auteure en 1993. C’est donc une plongée dans le temps de cette famille, dans les années 1750… et le fond que l’on reçoit en plein cœur, en filigrane, reste très actuel.
 
L’atelier « Passeurs de mots » suspend son activité pour l’été et reprendra en Septembre.
Le verre de l’amitié a fêté l’arrivée des vacances pour des « passeurs » de textes très impliqués et appliqués, qui se retrouveront à la rentrée ! peut-être le groupe s’agrandira-t-il ?
A la veillée qui s’est prolongée, on a parlé de contes, encore, de poésie et de magie de la rencontre à travers les mots qui nourrissent l’imaginaire… une vigilance de tous à transmettre ce fil précieux, l’imaginaire conducteur, qui contribue à tisser la sensibilité aux émotions et la richesse d’une langue… on a peut-être parlé culture, finalement !?
 

 
Le prochain Rendez-vous de La Bastelle, le 21 juillet, permettra de fêter quelques anniversaires et de projeter les activités futures, tout en partageant nos plaisirs et découvertes des lectures qui nous relient à Anne Pierjean.
 
Petite suspension du temps pour une pause estivale, en août, et la reprise sera marquée par la participation au Forum des Associations, le 3 septembre. Comme chaque année nous y tiendront un stand !
 
Pour l’heure, la St Jean juste passée, je ne résiste pas à l’envie de la fêter encore en mots tirés d’un des livres jeunesse d’Anne Pierjean … un parmi ses livres à destination des ado qui confinent étroitement à la littérature adulte: « Le rosier blanc d’Aurélie », publié en 1992.
 
« Le mariage eu lieu le jour de la Saint-Jean, dans l’intimité.
La famille de Lalie était faite de trois femmes, et celle de Juste était plus petite encore, réduite à son père.
Les Daguet, priés par Juste pour la convenance, n’avaient pas osé venir à cause de l’Alexandre.
Toine les avait représentés. De toutes façons, Toine serait venu pour le mariage de Juste.
Le Toine avait la tendresse et la gaîté dans le sang et s’il y eut fête, ce fut grâce à lui.
 
Le soir, tous les jeunes du pays cernèrent les Ronciers avec des guirlandes, des torches et des rubans de Saint-Jean.
Enfin, ils frappèrent à l’huis.
La mariée mise au courant quelques jours avant par Toine, arriva très vite, suivie par le Juste.
Dans le cadre de lumière ouvert par la porte, ciel qu’ils étaient beaux, les jeunes mariés ! Il y eut une ovation, des embrassades, des rires. Ils se tenaient par la main. On réclama qu’ils s’embrassent. Des poignées de riz, des poignées de fleurs tombèrent sur eux. Une petite fille offrit un bouquet d’épis et Toine chanta Les blés d’or, debout sur un banc de pierre.
Puis les violoneux attaquèrent des farandoles.
Au centre de l’aire on posa plein de corbeilles de brioches, de massepains, de bugnes, de fougasses, sur de grands tréteaux couverts de draps blancs que le vent du nord faisait palpiter de vagues creusées de bleu de lune.
Et Toine offrit le fagot du feu de Saint Jean.
On franchit le feu qui trouait la nuit de hautes flammes rouges, frangées de bleu et de jaune et d’une fumée pourprée qui montait bien droite.
 
La robe blanche de Lalie s’élevait comme deux ailes et s’enroulait, retombant aux jambes de son homme qui avait sauté, bien du même pas.
Cent fois ils recommencèrent au milieu des rires.
Cent fois la même cadence, cent fois la même promesse que se disent les amoureux de la Saint-Jean : « Je t’aime et je t’engage ma foi ».
Et cent fois ils s’embrassèrent, les yeux remplis de tendresse. »
 
photo des blés
 
Bon mois de Juillet et à bientôt
 
anne

Edito de juin 2022

Je sais que La Bastelle est heureuse d’accueillir des moments comme celui qui était inscrit dans le calendrier au 21 mai comme « Rendez-vous de La Bastelle ».

Je le sais, intimement, comme je sais que mes mains sont heureuses de transmettre les mets et les textes qui font l’accueil.

Merci de me tendre la main pour ces partages, chaque fois chaleureux et riches.

Me vient en mémoire un texte d’Anne Pierjean qui évoque les gestes des aïeules, leurs mains « en poignets bleus » pétrissant une pâte dans un même mouvement, « au recul du temps »…

Je ne retrouve pas ce texte, qui me reste comme la perspective d’une image répercutée à l’infini comme dans un jeu de miroir… sans doute un passage inclus dans un autre,  ou confondu, dans mon esprit, avec un autre, retrouvé lui mais où je ne dégote pas ce passage. Il ressurgira en son temps !

En revanche, dans ma recherche, je retrouve un écrit de 1941 qui commence par la Fête d’une Grand-mère.
Cette page concernant la Fête de Mamée trouvée le jour de la Fête des mères… signe encore de cette enfilade du temps ?… Je le transcris !

« Une rose rouge, ce n’était pas grand-chose à offrir pour la fête de Mamée, surtout quand cette rose, balancée le long du chemin au rythme de la course, avait subitement perdu la tête, une lourde tête veloutée qu’il faudrait, maintenant, récupérer dans une flaque.

Et Chris considéra la grosse tige épinue, privée de feuilles depuis longtemps, et de tête en cette minute.
Puis il se pencha sur la flaque, cueillit la rose par un sépale, la secoua et essaya de la rajuster sur sa tige -pour voir seulement : on ne ressoude pas les roses !-  elle s’y incrusta bien et il en eut satisfaction : elle était bien cassée!
Néanmoins, il jeta la queue dans la flaque et repartit en sifflotant, la rose posée dans sa paume ouverte.
La rose était belle au centre mais le bord s’était fripé dans la chute. On eut dit une vieille rose oubliée au fond d’une poche ! non, vraiment, ce n’était pas grand chose à offrir à une grand-mère.
Mais elle sentait bon.
Et puis, l’intention faisait tout, Mamée le répétait toujours. Alors Chris gonfla la poitrine, serra sa main tiède autour de la rose qui menaçait de s’échapper et galopa comme un cabri.

La clairière était zébrée de soleil mais fraîche encore de la pluie du matin. Chris, au passage, secouait les rameaux pour recevoir une douche tiède, puis il s’ébrouait, repartait sans oublier de rire.
Il se souvenait bien des ordres de Mamée, « ne mets pas tes pieds dans les flaques », et les avait toutes évitées. Mais les douches des branches étaient bien autre chose : cent gouttes d’arc-en-ciel dans un soleil qui chauffait bien.
Son poing fermé sentait bon de la rose.
Et il l’ouvrit pour y plonger le nez.
Horreur ! la pauvre rose était maintenant cuite.
Une rose cuite et l’intention ?

L’intention suffirait : il jeta la rose abîmée et recommença à courir, scandant le bruit de ses pas d’une chanson aussi légère que sa tendresse : »Bonne Fête Mamée, mamée, maminouche… « .
Sa voix montait, ses pas sonnaient, il courait maintenant à perdre haleine, impatient de voir sa grand-mère.
Et, dans le tournant du chemin, il devina sa pélerine, ses sabots et son bâton de houx.
A bout de souffle et muet de tendresse, il se jeta sur elle, le visage perdu dans le doux fichu tiède.

– Mon bandit ! répétait Mamée… Ne me renverse pas voyons !
Puis glissant le doigt entre col et peau :
– tu es mouillé de chaud. Et tes cheveux sont tout trempés…. Mais Mamée n’épilogua pas, elle ignorait les reproches en litanies et elle plissa le nez, déjà plissé au maximum :
– quel bon vent t’amène, mon Chris ?
– Bonne Fête, Mamée.

Il raconta la rose.
Elle mit son nez dans la paume tiède et y respira l’intention jusqu’à en perdre ses lunettes ».

                                                                         ***

Le joli mois de Mai  achevé, le continuant dans « la marche du temps » (une expression chère à Anne Pierjean) Juin nous offre la perspective de quelques pages de lectures à partager  :
nous retrouverons St Avit avec plaisir, sa salle des Quatre saisons à la bibliothèque, le 4 juin, pour le Conte « Des yeux bleu barbeau » ou l’histoire de Céline de Bise.

Puis Eurre, Lectures au jardin, le 10 : « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie »
et Allex, le 11 à la Bibliothèque: « des yeux bleu barbeau ».

Merci très sincèrement à Claudine Delaine et Jean-Pierre Tourraton qui s’investissent fidèlement, amicalement et intensément dans ces lectures.

Le prochain Rendez-vous de la Bastelle sera le 21 juillet.

L’atelier de lecture à voix haute se poursuit joyeusement et avec sérieux :  3 séances en Juin : les 1er, 15 et 29, animées par Claudine, avant la pause de l’été.
Il reprendra en septembre.

Bon mois de Juin

J’espère vous croiser lors des prochaines lectures ! et compte sur vous pour faire circuler les infos !

 

 

« je ressens toujours la même émotion à la lecture de ces mots, de ce genre d’émotion qui vous donnent un direct au plexus ! » (Alain)

 

actualités de la mi-mai !
La lecture chez Rina a eu lieu, dimanche 15 mai, devant un petit public qui ne connaissait pas Anne Pierjean et nous a écoutés, parfois les yeux clos... "pour entendre la musique des voix et des mots", nous a dit Océane.

Rina, elle, connaissait Anne Pierjean, rencontrées autrefois lors d'un salon du livre, et m'a encouragée à créer l'association au moment où je cherchais comment faire écho à l'écriture d'une auteure qui, en tant qu'auteure et mère, me laissait de foisonnantes archives, dont je mesurais pleinement qu'elles recélaient des trésors !

aujourd'hui , elle  nous accueille chaleureusement et souligne le chemin parcouru, le bonheur du livre publié l'an dernier et les lectures qui se profilent.



Une nouvelle date s'est placée depuis le dernier édito le 4 juin : nous aurons le plaisir de lire "Des yeux bleu barbeau" à St Avit, village d'enfance de l'auteur, dont la bibliothèque porte le nom. Nous y avons été plusieurs fois accueillis.

Ce sera la primeure de ce conte, découvert un jour, mêlé à d'autres manuscrits non édités... 
Lorsque j'ai ouvert la chemise cartonnée orange, délavée, qui contenait le texte, j'ai craint que les trois chapitres, hâtivement feuilletés, soient le début d'un texte inachevé. 
Le lisant avec l'anxiété de rester en suspens, j'ai eu le bonheur de découvrir que ces trois chapitres étaient un tout. 
le texte, bien achevé, ressemblait à un conte.. et ce conte reprenait l'histoire du héros du dernier livre d'Anne Pierjean publié : "Jean de Bise"... pour moi, sans savoir pourquoi, il était évident que ce texte  devait d'abord être offert en lecture à St Avit! 
Année 1750, Céline, qui n'a que 14 ans, élève Jeantou, 2 ans...Jean de Bise. 
Elle remplace au quotidien la mère morte en couches.  Le père et le Grand-père l'entourent avec tendresse. 
Un jour, un mystérieux bouquet de barbeaux (c'est ainsi qu'on  nommait les bleuets) apparaît sur la fenêtre de la maison.
Durant une année, les bouquets seront tout aussi mystérieusement remplacés, sitôt fanés, par une main que personne ne surprendra...
la présence renouvelée des fleurs, au fil des quatre saisons suivantes, va adoucir les peines et réveiller des rêves, entretenir en chacun des pensées, espoirs secrets ou rappels de l'histoire qui se transmet...   

comme toujours chez Anne Pierjean, l'émotion nous est offerte en filigrane, par touches sensibles, impalpables mais opérantes !

rappel des futures dates sur notre calendrier : 
Le 21 mai : Rendez-vous de la Bastelle de 18 à 20H : échanges d'émotions et d'impressions de lectures d'Anne Pierjean, partage du verre de l'amitié.

Le 4 juin 17H "Si je regarde par-dessus l'épaule de ma vie" à la bibliothèque de St Avit. 
Le 10 juin, nous participerons à une soirée de "lectures au jardin" à Eurre. entre 17H30 et 20H30 avec "Si je regarde par-dessus l'épaule de ma vie".
Le 11 Juin nous relirons  "Des yeux bleu barbeau" à la Bibliothèque d'Allex, à 17 H.

	

Edito de Mai 2022

Mai, mai, mai

Mai, joli mai
tu nous fais le cœur gai
Quand tu fleuriras
nous irons dans les bois !
(cité par  R.J.Curtet dans son fascicule « les chants de mai »)

 Le joli mois de mai a bien commencé et mon édito a un peu tardé, j’étais trop occupée à finir avril et broder sur les perspectives à
venir !

Les arbres du jardin se sont déployés en rideau, enveloppant la maison d’un écrin vert et grenat où s’installe le cadeau pointilliste des iris. Soleil cru et pluies éphémères accompagnent le verdissement du pré émaillé de fleurs sauvages et l’ardeur joyeuse des grenouilles ! Le printemps s’étire comme un somptueux réveil.

Le 15 mai nous présenterons « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie » à Romans, chez Rina Santoro, 35 Rue Pêcherie à 18 H : lecture à trois voix et échanges.

Accueillis chaleureusement par Rina, une des premières personnes à m’encourager à créer l’association, nous espérons votre venue pour nous écouter dans ce vieux quartier de Romans, non loin de la cathédrale St Barnard et des quais.
Nous prolongerons avec joie ce moment autour d’un verre.
Il est possible de nous informer de votre présence au 06 08 15 64 05.

Le 10 Juin, nous participerons à une Fête à Eurre, invités pour les « Lectures au jardin » entre 18H30 et 20H30. Même présentation à trois voix. Nous aurons plaisir à ce partage dans un village où Anne Pierjean a enseigné quelques temps.

Le 11 Juin, autre lecture à Allex, à 17 H, à la médiathèque : une première, à deux voix, pour un texte original, inédit : « les yeux bleu barbeau », par Claudine et Anne.

Toujours d’Anne Pierjean, toujours dans la poésie et l’émotion, un texte aux allures de conte pour tous les âges (à partir de 8-10 ans):

Céline  élève son petit frère Jeantou et seconde son père dans un temps difficile… Nous sommes aux alentours de 1760, Céline est toute jeune, dévouée et vaillante, un peu triste … Elle voit apparaître un jour un bouquet sur sa fenêtre … mystérieusement renouvelé chaque fois qu’il se fâne… les saisons passent, le bouquet accompagne l’évolution, au fil du temps, de la jeune fille et de son père, chacun avançant dans sa prise de conscience de la vie et du temps à regarder en face, décantant les liens qui les unissent avec tendresse, sensibilité et pudeur des dires … jusqu’à la surprise qui éclaire la St Jean…

Ce texte, retrouvé dans les archives d’Anne Pierjean, évoque la toute petite enfance de celui qui sera le héros de « Jean de Bise », un de ses derniers livres édités. Il est comme un prélude, une jolie chronique de vie.

A bientôt 

Edito de Avril 2022

Avril

Une farce ce matin, à gros flocons sur le jardin… un clin d’œil pour m’amener à entamer l’édito d’avril que je n’avais pas encore posté !

Mars a été bien rempli en rencontres et émotions, avril nous amènera-t-il un lot de surprises? j’accueille ce présage blanc avec étonnement et joie, un émerveillement d’enfant aussi à l’ouverture des volets sur le jardin.

Ce jardin parle, qu’Anne Pierjean a tellement aimé et évoqué depuis les fenêtres de cette maison qu’elle décrivait ouverte aux quatre points cardinaux et où elle aimait suivre la course du soleil d’une pièce à l’autre, son ouvrage à la main, qu’il soit cahier, pièce de broderie, collage, peinture ou tricot…

Le bureau où se trouvent ses archives est maintenant au soleil couchant, vers les lumières qui habitent et enchantent les soirs au travers des branches du tulipier. Son bureau, du temps où elle écrivait était au levant et face aux trois becs. La roue du temps tourne, impermanence et continuité se côtoient et s’animent bien ensemble.

Le bonheur des tulipes au pré, celles qu’elle a plantées, et les cerisiers en fleurs appellent au dialogue : « un jour, vous me répondrez à travers une fleur… »

L’AG passée, la rencontre du 21 qui nous a animés de joies enfantines à écouter l’émerveillement continué d’Alice Guérin face aux souvenirs de ses petits élèves, les projets de l’association sont en route.

Le 6 avril démarre l’atelier de lecture à voix haute, Passeurs de mots, dans La Bastelle, cette maison d’Anne Pierjean où il est tellement évident d’accueillir les amoureux des mots et de l’expression, de la poésie et des transmissions orales. Carte blanche à Claudine Delaine qui l’animera.
L’objectif : se familiariser avec la lecture à voix haute, travailler en groupe, s’entrainer, guidé par une professionnelle, dans la détente et le plaisir de mettre les mots en bouche et en corps.
Ce sera de 18 à 20 H mercredi 6 avril à La Bastelle, 47, avenue Agirond à Crest. Contact pour inscription Anne 06 08 15 64 05. Deux ateliers par mois.

L’occasion de rappeler le texte  d’Anne Pierjean :

« Il écrit des mots, semés en lui par d’autres du temps qu’ils étaient vifs et que lui n’était pas.
Il dit : ils ont chanté, je chante.
Je chante pour que la joie demeure fleuve.
La symphonie du monde est un concert en marche,
des myriades d’exécutants qui se succèdent.
Il faut apprivoiser le chant, le vivre et le transmettre.
C’est la route.
(…)
Un jour il s’en ira, juste passeur de mots ébloui de sa tâche (…).


Le 19 avril, nous participerons à une formation d’animateurs BAFA avec une intervention autour de la question de « comment amener et intéresser les enfants à la lecture ». Sans être ni formatrice ni enseignante, j’apporterai le simple écho d’un auteur qui avait longuement exprimé, de différentes façons, son sentiment de responsabilités (plurielles) dans son rôle d’auteur pour enfants.

Je m’appuie sur une longue réflexion, texte écrit de sa main, dont je cite quelques passages:

« Rôle et responsabilités sont, je pense, la remise en question permanente qui sous-tend le travail d’un auteur pour l’Enfance.
(…) le rôle et les responsabilités d’un auteur pour les jeunes sont ceux de tout adulte qui s’occupe d’enfants avec cependant ceci de particulier : un auteur peut toucher beaucoup d’enfants et le contact se fait à un niveau privilégié, celui de l’intimité vulnérable et encore désarmée chez l’enfant qui n’a ni le jugement, ni les références, ni l’expérience adulte pour confondre l’auteur le cas échéant. Et puis ce contact se fait par la chose imprimée, cela a son importance.
(…)
Dans le monde, l’enfant qui a la possibilité de lire se trouve privilégié même s’il lit mal, et même s’il lit mauvais…
Il est des enfants qui n’ont pas accès au livre, il y en a même près des écoles et des bibliothèques. On leur dit « venez! » et ils ne viennent pas comme on dit « tiens-toi droit » et pourtant il y a des scolioses. Entre la voix qui appelle et l’oreille qui entend, il y a des milliers de murs qui sont faits d’autres appels plus tangibles, plus vivants, plus immédiatement chauds que le livre- objet hermétique pour le non initié.

 Il faut que le livre apprivoise un enfant et l’apprivoiser se fait par le cœur, la chaleur humaine, l’habitude du bien-être, du bienfait et du plaisir reconnu dans la rencontre. »

 Par ailleurs, des dates de lectures sont en cours de discussion : à Romans chez Rina Santoro qui nous accueillera chez elle en mai, à St Avit dès que la bibliothèque nous trouve un créneau, en mai ou juin, puis dans des jardins aux beaux jours, deux ou trois lieux privés nous sont proposés.

Nous apporterons des précisions dès que possible !

Bel avril et à bientôt

 

 

PS :  compte-rendu de l’AG du 21 mars dernier ! et quelques photos de ce moment chaleureux 

PRESENTS : Anne Grangeon, Jean-Pierre Tourraton, Hélène Legay, Claudine Delaine, Véronique Sibille, Maryse Amblard, Yves Mengin, Françoise Giroud, Anne Magnard, Marie-Agnès Sonzogni, Charles-Gilles Testa, Anne-Marie Gomane.

EXCUSES : Claude Cailleau, Henriette Lidin, Dominique Alphonse, Compagnie Zazie 7,Ghislaine Beaumont Chancel, Hélène Minair, Laurence Acoulon, Catherine Bonnet Bivaud, Alain Nesme, Michel et Nicole Blanc, Marie-Hélène About, Sylve Kornmann, Françoise Delhomme, Roger Amblard.

Bilan moral de l’année écoulée

L’année 2021 a été active pour l’association, malgré les divers confinements et précautions sanitaires en vigueur depuis 2020, ou grâce à eux : la lecture-hommage prévue pour fêter le centenaire de la naissance d’Anne Pierjean ne pouvant avoir lieu, l’idée du recueil s’est étoffée et s’est réalisée !

De la préparation du recueil à sa publication, en passant par une souscription, sa réalisation par david.b.studio -David, petit-fils d’Anne Pierjean- la première partie de l’année a été intense, et la promotion-distribution-présentation du recueil a rempli la suite !

  • 18 Septembre : première présentation au Centre d’Art de Crest lors des Journées du Patrimoine.
  • 19 Novembre : lecture à 3 voix lors de La Nuit des Mots, grâce à Radio St Ferréol et l’émission de Yolande Versier et Charles-Gilles Testa : » Donnez-nous : de vos nouvelles ».
  • 21 Janvier : lecture-échange à la Médiathèque de Crest lors de La Nuit de la Lecture.
  • 11 Mars : même présentation à la Médiathèque d’Aouste-sur Sye.

Notre trio de lecteurs se rôde avec plaisir : Anne Grangeon, Claudine Delaine et Jean-Pierre Tourraton.

  

La souscription nous a permis de financer la publication et de recevoir des soutiens d’amis fidèles d’Anne Pierjean avec qui elle a correspondu de son vivant, amis-lecteurs d’ici, de Paris, de Belgique et d’ailleurs.

Les retours sont chaleureux, les lecteurs  peut-être un peu surpris quelquefois par l’intensité des textes pour adultes d’Anne Pierjean, poétiques, sereins, émouvants dans la simplicité d’une écriture décantée aux multiples résonances…

Le 4 Septembre nous avons tenu notre stand devenu « habituel » au Forum des Associations,
Un moment de rencontres nouvelles à cette occasion.

Une proposition du Maire et du Service Culturel est de publier et d’offrir un livre d’Anne Pierjean aux écoliers crestois. Le projet est à préciser : quel livre choisir, quelles possibilités d’impression, quelles écoles ?

En Octobre, sur proposition d’auditeurs présents au Centre d’Art, nous avons inauguré une réunion-rencontre : Pour le Bonheur des Mots, qui se tient le 21 de tous les mois impairs à La Bastelle, siège de l’Association et maison d’Anne Pierjean.

C’est un moment d’échanges de nos lectures, découvertes et re-découvertes d’Anne Pierjean : lectures à voix haute de passages que nous avons particulièrement aimés, partage d’impressions de lecture… Une façon de continuer à faire résonner sa voix bien particulière – son phrasé, son écriture- et de faire écho à son « goût de vivre ».

Une belle année !

Le bilan moral a été approuvé à l’unanimité.

Bilan financier

Recettes :
Adhésions : 35 adhérents 35×10=350 et 5 nouveaux 5×15+75

Ventes de livres : 104×15=1560

Total : 1975 euros

Dépenses :
Frais de tenue de compte, édition du livre, photocopies, affiches, adhésion à RSF, site Internet, timbres etc…

Total : 702,39 euros

Actuellement  : 1272, 61 euros

Ce bilan a été prouvé à l’unanimité

Les projets

Notre communication s’active pour trouver d’autres lieux de lecture. Il existe 2 présentations du recueil « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie », une version courte d’environ 30 minutes, et une version plus longue enrichie d’extraits d’Anne des collines portant sur l’enfance.

Nous pensons à d’autres lieux pour lire : dans un jardin ? chez un particulier ?

Nous avons le projet de lire aussi d’autres textes, non édités, comme un conte pour tous âges :

« Les Yeux bleu barbeau ». Nous voulions en garder la primeur à St Avit, son village d’enfance. Nous l’offrons désormais à d’autres lieux désireux d’organiser cette rencontre.

Ces lectures sont « offertes », et nous proposons la vente du recueil à cette occasion.

Sur demande, nous sommes prêts à proposer d’autres moments de lecture-échanges avec le choix d’un thème, en mixant passages pour enfants et pour adultes, textes édités et inédits.

Quelques idées

Participer aux « Lectures de l’Avent », une soirée avant Noël, à La Bastelle.

Proposer, dans le cadre du CCAS, des randonnées dans des villages décrits par Anne Pierjean, avec lecture le soir.

Prévoir une lecture en Mai dans les jardins de la Tour de Crest.

Des livres d’Anne Pierjean se trouvent dans les réserves de la Médiathèque. Nous pensons éditer des cartes d’adhérent qui permettraient aux membres de l’Association de les emprunter, il nous reste à obtenir l’accord de la Médiathèque.

Le Bureau reste inchangé

  • Présidente : Anne Grangeon
  • Trésorier    : Jean-Pierre Tourraton
  • Secrétaire : Hélène Legay

Le conseil d’administration

Anne Grangeon,
Jean-Pierre Tourraton,
Hélène Legay,
Claudine Delaine.

Anne Grangeon clôt la séance et remercie toutes les personnes présentes.

 

 

 

Edito de Mars 2022

L’édito d’Anne

Mars 2022

Les premiers jours de soleil cru engrangés, les premiers amandiers en fleurs aperçus, les premières grenouilles débusquées sous les pierres, les merles joyeux, voire déchainés, aux premiers soirs d’après grand froid, les perspectives de lectures… Le temps secoue ses plumes de la léthargie de l’hiver, s’élargit, s’éveille… et le tonus revient aux gestes comme aux mots !

Le 21 février, notre rendez-vous Pour le bonheur des mots a été concentré autour de lectures pour enfants. Les échanges ont été heureux, à prolonger le 21 mars à 18 H à la Bastelle.
Il y eut le bonheur de rire avec des passages de « Cher Monsieur Bégonia », de retrouver l’émotion de « Les trois Louis d’or de Maria », la fougue et la tendresse de « Judith et l’Ey-vive », les poèmes en cascades des « Jasminotes » (non édités), écrits pour les CP-CE, proches de comptines … dans mes cartons d’écrits pour enfants, j’ai promis de retrouver les histoires de Jin Faou, à conter lors de la prochaine assemblée!

Dans mes recherches, j’ai relu ensuite ces notes d’Anne Pierjean : « Mettre en commun avec confiance (quand quelque chose de l’autre vous est offert pour ouvrir cette confiance) mettre en commun c’est se donner aussi, à soi, des choses que l’osmose chaleureuse peut révéler.
Qui donne ou qui prend dans ces instants de grâce où l’échange intérieur est permis entre deux êtres ?
Je crois de toutes mes forces que l’on trouve, à ces rencontres là, le levain qui permet de rendre mangeable les pains de la vie….« 

Pour le prochain rendez-vous, nous invitons Alice Guérin, ancienne institutrice qui nous a enchantés avec son « Odyssée… », souvenirs délicieux de ses petits élèves et de sa classe : un livre qui évoque ses expériences de « Maîtresse », avec passion et délicatesse. Elle viendra nous en parler.
A notre avis, Anne Pierjean et Alice se seraient parfaitement entendues !
Merci à Jean-Pierre de nous l’avoir fait connaître.

Notez que le 11 Mars, nous présenterons à trois voix  « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie : lecture à 18 H à la médiathèque d’Aouste.
Hommage, présentation, échanges et Pot de l’amitié.
Les répétitions se passent dans la bonne humeur et le plaisir de partager.

Une ancienne Institutrice et Directrice d’Ecole à Besayes a contacté l’association pour proposer de nous envoyer les échanges que sa classe a eus avec Anne Pierjean, (correspondance avec les enfants). Nous accueillons cette surprise avec joie !
De nouvelles archives à intégrer !

Je continue ma route d’archivage de papiers…  « paperoles » diverses, trouvailles, documents relus, manuscrits revisités.  Clin d’œil, ce sweat que porte notre « trio » de lecteurs, où s’inscrit un « Rue des Archives » évocateur et le rouge plaisir d’y entrainer ceux qui nous font l’amitié de partager nos enthousiasmes !

Chemin faisant, je glane amitiés et rencontres, échos et échanges… une place se creuse, s’élargit, se définit, s’établit, où il est bon de se retrouver sur une même sensibilité, dans le pouvoir simple des mots, qui relient, prolongent, suggèrent, emportent…

Vive Mars et son cortège de réjouissances !

Notre actualité :
L’ A.G se tiendra le 21 mars à 17 H, au siège de l’association : La Bastelle, 47, avenue Agirond à Crest, juste avant notre Rendez-vous « Pour le bonheur des mots» !
Figures imposées de l’A.G (selon l’expression consacrée, nous sommes «convoqués » à une A.G.!) et Figures libres de l’échange de lectures s’associeront cette année :
une heure pour présenter le bilan de l’année et les perspectives 2022, voter ce qui doit l’être, enregistrer votre cotisation -soutien- de l’année,
et ceux qui le voudront resteront pour la suite , de 18 à 20h,  échanges de lectures aimées, puisées dans les livres d’Anne Pierjean, et accueil d’Alice Guérin qui, comme annoncé dans l’édito de mars, nous présentera son livre. Un bel accueil du printemps en perspective pour ce 21 mars !
Joignez-vous à notre fin d’après-midi et soirée !
NB: la cotisation reste à 10 € pour le renouvellement, 15€ pour une première adhésion.
   *       *       *
Le 11 mars nous avons présenté « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie » à la médiathèque de Aouste sur Sye.

Un public attentif, ému, une belle écoute, des bibliothécaires heureux d’avoir attiré autant de monde que de chaises disponibles ! et un trio convaincu … l’échange a été chaleureux et nous l’aurions prolongé longtemps !

La médiathèque nous avait laissé carte blanche, permis d’installer notre « scène », nos éclairages, notre petit décor, alors l’ambiance était douce et intime, propice à transmettre la sensibilité de l’écriture d’Anne Pierjean.

Il nous reste l’envie de recommencer vite !

Edito de Février 2022

Février 2022

Janvier nous a offert un beau mois d’hiver, froid et ensoleillé. Les enchères sont ouvertes, à Février de proposer mieux !

La reprise des lectures a été inaugurée lors de la Nuit de la Lecture, le 21, à la médiathèque de Crest … Et avec quel plaisir rempli d’espoirs majuscules !

L’association a offert une lecture à trois voix, grâce à Claudine Delaine et Jean-Pierre Tourraton qui m’accompagnaient.

La lecture a été spécialement préparée pour cette soirée. Elle avait pour objectif la présentation du livre « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie… » et un temps d’échanges libres autour.
Courte, elle enchainait des textes eux-mêmes courts, reprenant le fil de ce qui organise le recueil poétique : des souvenirs d’enfance à la fin de la vie, retraçant les jalons de cette « traversée du jardin » que nous confie Anne Pierjean.

Depuis « Au fil du temps… Si je regarde… j’eus parfois le monde au creux de la main »…, et « la vie commence longtemps avant le vivre… », en passant par les souvenirs d’enfance, les mots, qui « n’arrivent jamais tout à fait » et « ne valent que d’être en marche », ouvrant sur « j’écris… », jusqu’à « la vie un jour me soufflera comme un pissenlit sur le pré… » qui concluait l’envoi en « mille parachutes d’amour et de tendresse », l’écoute a été recueillie et attentive.

Dans le public, peu nombreux à cette Nuit de la Lecture bien particulière, il y avait des fidèles de l’auteur Anne Pierjean et aussi de nouveaux auditeurs qui ont exprimé leur plaisir de découvrir un auteur et leur émotion à l’écouter.

Pour l’à venir de ce mois :
Le 21 février à 18 H, « Rendez-vous pour le bonheur des mots » (nouvelle rencontre inaugurée en octobre, qui se pose sur le 21 de chaque mois impair …)  exceptionnellement déplacé en mois pair !

C’est à La Bastelle, 47, avenue Agirond à Crest, siège de l’association.

Je propose que nous concentrions nos échanges de lectures autour de textes pour enfants, jeunes, puisque certain.e.s seront peut-être parmi nous dans cette période de vacances!
Ça nous donne un grand choix!
Cependant, rien n’interdit de lire aussi des passages pour « plus grands » ! car, comme nous l’a fait remarquer une jeune maman, auditrice-spectatrice lors de la dernière lecture, il est bon pour les enfants d’entendre lire de beaux textes, lorsque poésie, sensibilité, délicatesse, belle langue sont au rendez-vous!

Ne reste qu’à poser de nouvelles dates de lectures et de rencontres !
Nous les espérons avec la même ferveur mêlée de fébrilité qui nous fait anticiper les premiers pas du printemps, fleurs d’amandiers, châtons et feuilles tendres.

Nous avons mille mots, mille pages, à partager, à semer… !

Déjà, nous savons que nous présenterons « Si je regarde… » à la médiathèque d’Aouste, le vendredi 4 Mars à 18 H.
Les informations passeront par la médiathèque, le site, Face Book et la presse !

Février se consacre à l’observation du temps qui s’épanouit à nouveau.

Edito de Janvier 2022

L’édito d’Anne

2022
Nouvelle année, nouveaux projets, nouveaux défis, nouvelles découvertes et curiosités, nouveaux soleils embrumés, nouvelles perspectives à développer ou inventer, nouvelles clartés…

Dans le bonheur de sentir la lumière revenir pas à pas (« … aux rois cela se voit » dit une maxime),  nous avançons avec des vœux en bouquets et nos bises virtuelles sous le gui.
Avec les longs brouillards et les turbulences qui troublent, agitent, blessent, le temps se déroule imperturbable.

Dans mes lectures d’entre deux fêtes j’ai trouvé à méditer une idée énoncée par Mona Cholet : il y a tant de façons de transmettre… notre manque d’imagination nous empêche de toutes les appréhender.
(« la transmission emprunte de nombreux chemins : chaque existence humaine bouscule une infinité de quilles et laisse une empreinte profonde, qu’il n’est pas toujours en notre pouvoir de cartographier » in « Sorcières »).

En cette fin d’année, où se bousculaient tant de données inconnues et de doutes, à tous niveaux, me sont venu des incertitudes rassurantes : laisser advenir et ne pas trop anticiper puisque, de toutes façons, la situation actuelle nous rappelle avec brio combien tout (ou presque !) nous échappe toujours !

Une modeste anticipation, cependant ! : Les 21 et 22 janvier, la médiathèque de Crest célébrera la Fête de la lecture et, aussi,  ses 20 ans.
L’association y participera le Vendredi 21 entre 20 et 21 H avec la présentation du recueil « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie » dont nous lirons des extraits à trois voix.

En attendant, un rappel: « La Bastelle aux deux Marie » est en ligne sur le site (chercher « La Bastelle » en page d’accueil…). Sous-titrée « A l’an que ven… », c’est une lecture de circonstance !

Je nous souhaite encore de belles rencontres avec les mots et un belle vie semée d’écritures en cette année qui s’entame.

 

 

Edito de Décembre 2021

La fin d’année  invite aux bilans… Bientôt s’entamera le joyeux marathon des Fêtes puis l’escalade de 2022… ! « Nous cheminons »… et prenons le temps d’un récapitulatif en avance sur l’A.G. que nous programmerons bientôt, traditionnellement courant Février ou mars.

L’association Anne Pierjean, les mots et le jardin poursuit ses projets et sa route, bien vivante malgré les aléas de la vie de ces deux dernières années.

En ce dernier mois, « si nous regardons », au sein de l’association, « par-dessus l’épaule de « sa » vie » 2020-21, que de réflexions, idées, attentes, motivations, préparations attentives et créatives, et que de joie, d’être là, solides, actifs, convaincus et en projets agréables !

Bien sûr, l’événement de cette année 2021 a été la publication par l’association du recueil poétique « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie », en hommage au Centenaire de la naissance d’Anne Pierjean. Ce livre est l’aboutissement d’une longue démarche et d’un désir de rendre hommage à l’auteur et à la femme qu’elle a été, en s’appuyant sur les jalons qu’elle a laissés, en Écriture majuscule, de son parcours de vie et de mots.

En septembre, nous avons présenté le recueil au Centre d’Art de Crest lors des journées du patrimoine.

A la suite de cette rencontre chaleureuse avec de nouveaux lecteurs, une nouvelle activité régulière s’est créée :  un moment d’échange autour des lectures d’Anne Pierjean.
Ces rendez-vous, « Pour le bonheur des mots », initiés en octobre, s’installent depuis novembre sur un tempo qui devrait être régulier, tous les deux mois.

Programmés le 21 de chaque mois impair, ils offrent la possibilité de partager le plaisir de lectures à voix haute de passages aimés, afin d’en éprouver l’écho chez les autres, de les entendre intensément, de les faire découvrir et de donner, peut-être, à chacun l’appétit de lire l’ouvrage dont ils sont tirés.
Ce sont des moments tout simples de convivialité, animés par le plaisir de déguster des mots qui, s’adressant aux enfants ou aux adultes, transmettent en émotion, poésie et aventures intérieures, des histoires de vie serties dans l’histoire d’une société et d’une culture dont nous venons.
Les textes et les livres y circulent, s’y croisent, s’y prêtent et se transmettent !

Ces rencontres sont agrémentées d’autres partages et dégustations, comme le Brézème de Yves, la soupe d’Anne-Marie, les bons fromages et les gâteaux apportés par les uns et les autres et qui les clôturent (ou les prolongent !).
Comme toute règle a ses exceptions : le rendez-vous du 21 janvier « Pour le bonheur des mots » sera décalé au 21 février pour une très bonne raison : la nuit de la lecture ! qui se projette sur cette date-là (détails plus bas!)

Le 19 novembre, nous avons participé à « la nuit des mots » organisée par notre Radio locale, Radio St Férréol, en proposant une lecture à trois voix de textes tirés du recueil. Merci à Claudine et Jean-Pierre, comme à Charles-Gilles et Yolande, technicien et animateurs.

Voilà pour le récapitulatif 2021 !
Concernant les projets :

La prochaine lecture hommage sera le 21 janvier 2022, à l’occasion de la nuit de la lecture et de l’anniversaire des 20 ans de la médiathèque de Crest : une rencontre-présentation du recueil agrémenté de lectures à haute voix, qui va se définir en détails avec les organisateurs de la médiathèque.

D’autres dates de lectures demeurent à fixer et nous comptons sur le relais et l’intérêt des bibliothèques et médiathèques de villages alentours comme aux initiatives privées de ceux chez qui ces lectures pourraient s’installer, hors les murs officiels, le temps d’une soirée !
N’hésitez pas à nous proposer des lieux, des pistes, des idées !

Nous espérons également entrer dans la danse des poètes  et autres manifestations autour des livres.

Dans l’attente de janvier, nous faisons retour, ce mois-ci, aux écrits pour enfants : sollicités pour une lecture dans une classe de CE1 et CE2 à Loriol, nous offrirons un moment de lecture, le 17 décembre (juste avant les vacances de Noël).

Cette lecture par l’association clôturera le mini-projet pédagogique fait avec cette classe  pour décembre : une sorte de parcours de lectures offertes et suivies d’un même livre « l’Ecole Ronde », adapté à l’âge des enfants : « Lectures d’Avant-Noël ».

Les élèves et leurs maîtresses, Cath et Line, entameront le 2 décembre une sorte d’exploration guidée du livre, sous forme de courts textes que les enfants découvrirons chaque matin de classe de décembre, pour se préparer à la Fête et préparer un partage de lectures à haute-voix.
Il faut savoir que ce petit livre, paru en 1980 dans la Collection Rouge et Or, a été écrit en liens étroits avec les enfants d’une classe de Romans et de sa maîtresse, à qui il est dédicacé (« Aux élèves anciens et nouveaux de Mme Gay », école publique de la Rue St Just à Romans), ainsi qu’à toutes les classes coopératives.

En termes plus administratifs, nous comptons, comme chaque année sur votre participation en 2022 :

Vos cotisations nous assurent de votre soutien et de votre attente d’inscrire cette Association dans une dynamique de partage et d’évolution « dans un temps long », en durée.
Elles ont permis l’édition d’un livre. D’autres inédits d’Anne Pierjean pourraient ainsi encore voir le jour!

Vos propositions d’activités nouvelles sont aussi essentielles, qui ouvrent le champ d’autres rencontres, d’autres lieux pour échanger, d’autres initiatives pour contribuer à la mise en commun d’actions culturelles avec d’autres associations. En témoigne la mise en route des rencontre du 21, « pour le bonheur des mots », qui est née, cet automne, de la demande de lecteurs et adhérents.

L’atelier de lecture à voix haute, « Passeurs de mots », est toujours proposé, qui peut contribuer à véhiculer de belles écritures sous le « marrainage » d’Anne Pierjean qui a, dans son temps, participé activement à des ateliers d’écritures et des rencontres de femmes en réflexions, en témoignages, en « mots pour se dire ».

L’association a le désir d’élargir, dans cet atelier et lors des rencontres des 21, le partage et la rencontre des écritures que les uns et les autres peuvent proposer.

Pour finir, en vous souhaitant à tous le meilleur dans cette période de fin d’année et de vœux pour une année nouvelle, quelques mots de décembre tirés de L’Ecole ronde que je relis avec plaisir ! puis un conte de Noël sorti des « archives » d’Anne Pierjean, « Premier Noël ».

« Décembre.
Les sapins demeuraient verts parmi les hêtres défeuillés.
Les petits bois et les haies n’avaient plus de feuilles et, dans les prés, les flammes mauves des colchiques s’étaient éteintes.
L’hiver tournait autour de l’Ecole Ronde et toutes les sèves des champs étaient rentrées dans les racines ».
(In L’Ecole ronde)

Le conte  : Premier Noël

Très bonne fin d’année et à Janvier !

Edito de Novembre 2021

Octobre s’achève en or, flamme et beauté.  Je reçois moultes photos qui s’en font l’écho, me ravissent et me confortent dans l’idée qu’on ne se lasse pas de cet émerveillement, chaque automne recommencé.

Encore une fois j’ai roulé vers Saillans et son cimetière perché, doux et accueillant … encore une fois, le parfum des vignes, des sumacs et des terres humides, le somptueux dégradé aux penchants des montagnes… Demain c’est novembre et son imprévisible glissement vers l’hiver, l’attente des premières gelées et l’inquiétude d’y laisser surprendre les derniers pots à rentrer, dans l’incrédulité des journées aux ciels éclatants de bleu, aux tourmentes inconstantes de vents doux.

Dans notre actualité, des précisions s’amorcent pour une lecture hommage à Anne pierjean en Janvier 2022, à la médiathèque de Crest et, nous l’espérons, dans d’autres lieux associés, par la suite.

Et nous participerons à la nuit des mots organisée par Radio St Férréol, nuit du 19 au 20 novembre.

Nous avons inauguré le 28 octobre un nouveau type de rencontre « pour le simple bonheur des mots » dans la maison d’Anne Pierjean, La Bastelle : A la suggestion de nouveaux lecteurs qui découvraient l’auteur, il s’est agi d’échange et de partage d’impressions autour de la lecture des textes d’Anne Pierjean.

Nouveaux lecteurs et plus anciens ont eu plaisir à dialoguer, autour de leurs lectures de « Si je regarde par-dessus l’épaule de ma vie » et autres livres plus anciens, puis à déguster un Brézème qui, offert et présenté par Yves, viticulteur et producteur passionné et passionnant, parlait tout autant de ferveur, de transmission et de respect du temps qui s’écoule et rebondit, d’amour de la terre et de saveur des gestes de la vie.

Ces moments se reproduiront, dans le même lieu, chaque 21 des mois impairs, de 18 à 20 H. Ainsi en novembre, janvier, mars, mai, juillet ?, septembre… !

Sans programme autre que le simple plaisir des mots, il s’agit d’y partager ses impressions, ses découvertes, ses plaisirs de lecture de l’œuvre d’Anne Pierjean, son bonheur de lire à haute voix certains passages particulièrement aimés.
Nous étions une dizaine et la pièce peut  accueillir quelques personnes de plus.

Le prochain sera le 21 novembre !

Cette rencontre du 28 octobre fut aussi l’occasion de reparler de l’atelier de lecture à voix haute, « Passeurs de mots », proposé par l’association -ajourné jusque là par les divers confinements mais qui ne demande qu’à démarrer !-  animé par Claudine Delaine, lectrice et « théâtreuse » passionnée, metteur en scène.

Tous renseignements sur demande !

Beau mois de novembre !